historique

origines

A l’origine du Foyer Arabelle, il y avait l’association de l’Hôtel Maternel créée en 1958 par un groupe de privés, préoccupés par les problèmes que rencontraient les femmes enceintes devant élever seules leurs enfants.

En qualité d’association à but non lucratif, l’Hôtel Maternel se destinait donc à « venir en aide, dès la naissance de leur enfant, aux mères seules, célibataires, veuves ou divorcées… par la création d’une ou plusieurs maisons d’accueil procurant le logement à la mère et à l’enfant et assurant les soins, la garde et la surveillance de l’enfant durant les heures de travail de la mère ».

En 1962, un premier lieu d’hébergement est créé, l’Hôtel Maternel Sabrina aux Acacias, accueillant 10 mères avec enfants, doté d’une crèche et assurant un service de soins et de garde pour les enfants.

Très rapidement, il devient nécessaire de créer une deuxième structure. C’est ainsi qu’Arabelle ouvre ses portes en 1964, dans les locaux d’une Fondation de l’Etat. 1000m2 d’un immeuble à Onex sont aménagés pour les besoins de ce nouvel « Hôtel Maternel ». Le foyer, doté d’une pouponnière, permet alors d’accueillir une vingtaine de femmes avec leurs enfants.

 

aujourd’hui

Dès les années 1980, le foyer s’adapte continuellement aux problématiques modernes que vivent les femmes en difficulté et en situation de précarité, avec leurs enfants. La crèche du Foyer s’ouvre sur l’extérieur en mai 1992 et accueille aussi des enfants de la commune d’Onex. La crèche est alors reconnue par l’ELP (devenu depuis le SASAJ), autorité de surveillance de la Petite Enfance.

En 2014, année de son 50ème anniversaire, le Foyer Arabelle poursuit sa mission. Aujourd’hui, les femmes hébergées sont souvent victimes de violences domestiques. Elles sont généralement jeunes (moyenne d’âge 27 ans). Elles traversent des périodes difficiles : rupture, voire violences, absence de travail, de revenus, de logement, isolement, problèmes psychologiques…

Pour leur venir en aide, des équipes de professionnels accompagnent mères-enfants. L’objectif premier étant d’aider chacune à rebondir, retrouver confiance et redevenir entièrement autonome.